« Carrefour veut reprendre les magasins de proximité de Casino » assure le député de la Loire Quentin Bataillon

Alors que 291 supermarchés et hypermarchés sont en jeu et qu’on connaitra demain, mardi 19 décembre, combien seront rachetés et par qui, le démantèlement pourrait être élargi aux commerces de proximité. En tout cas, Carrefour devrait faire une offre.

Logo France Bleu

France Bleu Saint-Etienne Loire : Très franchement, ce lundi matin, au lendemain de la manifestation, est ce qu’on a encore l’espoir de faire changer les choses dans ce dossier Casino ?

Quentin Bataillon, député de la Loire : Jusqu’à la dernière heure je resterai très combatif. Je pense que c’est mon rôle en tant que député de Saint Étienne. Au delà du sujet économique, au delà des emplois qui sont extrêmement importants, il y a cet attachement, cette valeur, cette identité stéphanoise à travers le groupe Casino et ça, c’est très fort. C’était important hier d’avoir cette démonstration de solidarité et d’émotion. J’ai senti effectivement beaucoup de tristesse et beaucoup d’incompréhension parmi ceux qui étaient présents.

L’objectif aujourd’hui, c’est uniquement de sauver les meubles, de limiter la casse ? On a l’impression quand même que l’issue est inévitable.

Ce que veulent les salariés et les syndicats, et ils ont raison, c’est du respect et de l’honnêteté. Dans un premier temps, les repreneurs nous ont dit qu’ils étaient prêts à vendre les hypers et les supers pour des raisons financières qu’on peut comprendre vu la situation du groupe et la gestion catastrophique de Jean-Charles Naouri. Aujourd’hui, on découvre dans la presse que les magasins de proximité pourraient être eux aussi vendus. Ce sont ceux qu’il y a dans nos quartiers à Saint-Etienne, ceux qui sont également dans toutes nos communes, dans la Loire et partout en France. Et je peux vous le dire, j’ai pu échanger directement par messages avec Alexandre Bompard hier soir à ce sujet là. Il va me rappeler dans la journée. Je pense que dans la Loire, on connaît bien la famille Bompard. Carrefour s’est positionné sur les achats des hypers et des supers, donc nous verrons effectivement l’offre qu’ils feront. Racheter des magasins de proximité, ce n’était pas prévu au début, ce qui pourrait effectivement confirmer une sorte de démantèlement bien plus important que ce qu’on pouvait imaginer avec juste la vente des hypers et des supers. La proximité, rien que sur le siège de Saint-Etienne, c’est 400 emplois directs. Après il y a l’ensemble des emplois indirects. C’est quelque chose qui n’a jamais été traité, même lors de la rencontre que j’avais demandé avec Bruno Le Maire mercredi pour l’intersyndicale. C’est à chaque fois une nouvelle surprise, une nouvelle information de démantèlement qui arrive au fur et à mesure. Pour moi, c’était important d’avoir plus d’information et je pense que j’en aurais davantage dans la journée directement par le PDG Alexandre Bompard.

6 milliards d’euros de dette selon Casino, 12 milliards sans doute selon le ministre de l’Economie. Il sort d’où ce chiffre de 12 millions parce que la différence n’est pas anodine ?

Elle n’est pas anodine mais en même temps, les salariés, ça fait des années qu’on leur dit qu’il y a 1 milliard de dettes, 2 milliards, 4 milliards, 6 milliards. Ce sera très important dans un dernier temps d’avoir toutes les inspections, toutes les études, les enquêtes possibles sur ce sujet là pour comprendre comment on en est arrivé là, en tirer les leçons et que ça n’arrive pas à nouveau. Beaucoup d’alertes avaient été lancées, notamment en 2019 par la famille, les descendants de Guichard. Comment a-t-on pu quand même continuer à s’endetter à ce point là ? Je pense que même le Parlement, au delà de Bercy, devra se poser des questions et peut être créer une mission de contrôle, d’évaluation pour comprendre et surtout empêcher les autres groupes de grande distribution de prendre le même chemin.

Quentin Bataillon, entre 6 milliards et 12 milliards, ça veut dire qu’on a caché des choses, que ce qui s’est passé dans le feutré à Casino ces dernières années est totalement hors la loi ?

Oui, mais surtout, c’est cette omerta, ce manque de dialogue social autour. Quand on a des syndicats qui continuent d’apprendre des choses dans la presse, c’est effectivement extrêmement inquiétant. Je sais que le président de la République suis personnellement le sujet. C’est important de leur montrer cette attention au plus haut niveau de l’Etat et du gouvernement. C’était le sens de la rencontre directe pendant plus d’une heure avec Bruno Le. Maire mercredi dernier, qui leur a rappelé que l’État était derrière eux, qu’on fera très attention aux sujet du siège social, des emplois et des conditions de revente. Ce que j’ai dit également aux syndicats, c’est qu’il fallait faire très attention pour les emplois des hypers et des supers qui seront certes rachetés mais qui ne seront pas rouverts par les futurs repreneurs. Il faut l’anticiper immédiatement pour que ces salariés aient droit à un plan de sauvegarde de l’emploi tout en restant à Casino.

La fonction de ecoparc-sologne.fr étant de collecter sur le web des articles sur le sujet de Les Affaires en Sologne puis les diffuser en répondant au mieux aux interrogations des personnes. L’équipe ecoparc-sologne.fr vous soumet cet article qui parle du sujet « Les Affaires en Sologne ». Cette chronique a été reproduite du mieux possible. Vous avez la possibilité d’écrire en utilisant les coordonnées fournies sur le site pour apporter des explications sur cet article qui traite du thème « Les Affaires en Sologne ». En consultant régulièrement nos contenus de blog vous serez informé des futures parutions.